Chut!

Posté le .

Notre pays est un haut lieu de la démocratie et de la liberté ! On est bien fière d’être à la pointe du progrès politique : le peuple décide, pas de despote ! Belle idée, certes, mais à voir de plus près, le peuple est souvent surpris d’être le dindon de la farce !

Le concordat romand sur les entreprise de sécurité vise à encadrer les agents de sécurité et éviter les débordements. Le texte, élaboré par les hautes sphères cantonales en 2012, a été approuvé en 2013 par le grand conseil genevois. Probablement en fin de séance, puisque seul-e-s 40 député-e-s (sur 100) l’ont voté et que personne n’a relevé quoi que se soit à modifier.
Ce n’est que lors de la mise en application de la loi (2014) que certains médias se sont étonnés (et leur lecteur-rice-s avec) en apprenant que plusieurs agent-e-s d’accueil allaient perdre leur boulot … car ils étaient aux poursuites.
Eh oui, l’affreux bidule, non content d’établir qu’il faut être solvable pour travailler (ceci dans l’intérêt public évidemment) met tout le monde dans le même panier. Le sécuritas armé et la personne qui vous dit bonsoirà l’entrée d’un concert : même combat !
Si l’idée de ne pas mettre de flingue entre les mains de n’importe qui est plutôt séduisante, déclarer impropre à l’accueil les endettés semble un poil exagéré.
On perd du personnel compétent, eux se retrouvent un peu plus dans la dèche.

Parallèlement, la refonte de la loi sur la restauration, le débit de boisson, l’hébergement et le divertissement (LRDBHD, pour les intimes) poursuit son cours.
Ce texte touche chacun et chacune tout au long de sa journée : café du matin, resto en famille, verre entre copains, sieste coquine à l’hôtel du coin, concerts, cinémas, sorties théâtre, … et j’en passe.
Après un premier jet (merci aux juristes du DARES), la commission de l’économie fait passer le bidule sur la planche, auditionne, se dispute le bout de gras jusqu’à ce que Sieur Maudet daigne mettre le nez dedans et ré-écrive totalement le texte (re-merci aux juristes ! du DSE cette fois ci).
A l’époque, la presse locale a quelque peu parlé du machin en question et le Scom acquis sa notoriété en voulant fermer L’Usine et en fermant les bars de l’école de médecine à minuit. La version Maudet est par contre confidentielle : Secret d’État ! Le texte va passer prochainement devant le Grand Conseil et plus personne n’en parle !
Mais préparons-nous, ce texte va faire mal ! Exit la gestion collective et étouffement des milieux culturel et sportif qui sont assimilés à des cafetiers. Cette prose empreinte d’un hygiènisme contre productif, donne par ailleurs tout pouvoir au département pour imposer SA loi.

Ces deux textes sont clairs :
contrôler, réduire et normaliser !

Les processus d’élaboration sont eux pour le moins obscurs. L’accès aux infos est si difficile, les rouages si complexes que même les plus hardi-e-s sont tenté-e-s de lâcher l’affaire !

De là à dire que le peuple n’a qu’à se taire…

“Vivons heureux, vivons cachés“, Les politiques genevois anonymes

Pour s’informer:

Concordat sur les entreprise de sécurité:

Recueil systématique genevois : Concordat sur la sécurité (CES)
http://www.geneve.ch/legislation/rsg/f/Tabmat.html

Mémorial du Grand Conseil Genevois
http://www.ge.ch/grandconseil/memorial/data/570409/52/570409_52_partie5.asp

Textes de loi et autres joyeusetés: informations de la police
https://www.ge.ch/police/a-votre-service/entreprises-de-securite/

Projet de loi LRDBH

Projet de loi LRDBHD
http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11282.pdf

Prise de position du Grand Conseil de la Nuit
http://www.grandconseildelanuit.ch/files/3_GCN_LRDBHD_prise_de_position_commission_economie_2014.pdf

Prise de position de L’UECA
Prise de position de L’UECA